«on va dire

«on va dire

Sylvie Faizang, anthropologue, a enquêté sur l'échange d'information entre patient et médecin, une relation qui reste basée sur le mensonge.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

Accueil > Accueil > Actualités
dimanche 25 février 2024
Actualités Stoma Ilco

«On va dire la maladie, rarement son aggravation»

Samedi 28 octobre 2006

Sylvie Fainzang est anthropologue, directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Pendant quatre ans, elle a recueilli des témoignages de patients et de médecins, autour de la question de l'information.

Elle les a écoutés, ensemble ou séparément. Elle vient de publier un ouvrage sur la Relation médecins-malades : information et mensonge (1). Où elle montre combien le mensonge reste ancré au coeur de cette relation singulière.

Vous écrivez que le mensonge est une pratique omniprésente dans la relation médecin-malade. Rien n'aurait donc changé ?

Ce qui est clair, c'est que les malades sont un peu plus demandeurs d'information, qu'il y a eu la loi sur les droits de malades de 2002 qui impose au médecin d'informer le patient s'il le lui demande. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y ait plus de mensonges et que le patient soit complètement informé.

Le médecin ne reste-t-il pas sur une ligne défensive, en se contentant de répondre à une demande ?

Pour ne pas informer, beaucoup de médecins s'abritent derrière le fait que les patients ne leur demandent rien, ou ne veulent pas savoir. L'anthropologue que je suis ne peut pas s'arrêter à cet argument. Car ce type d'explication laisse de côté le fait que bien des patients n'osent rien demander à leur médecin, celui-ci restant dans une position d'autorité. Et puis la durée de la consultation est très courte, le patient n'a pas le temps de poser des questions.

Mais surtout, lors de mes entretiens, il est apparu que beaucoup de patients manifestent l'envie de savoir. Ils la manifestent en allant voir d'autres malades ou en demandant à leur médecin traitant. Le recours à l'Internet indique aussi clairement ce souci de savoir. Bref, il y a plein de signes qui montrent que l'absence de demande explicite ne peut justifier à elle seule l'attitude du médecin qui ne partage pas l'information.

Mais tous les patients sont-ils aptes à entendre ?

Voilà un argument délicat : comment le médecin juge-t-il de cette aptitude qu'aurait ou pas le patient ? Ce dont j'ai pu me rendre compte, c'est que beaucoup de médecins jugent de la volonté et de la capacité du patient à savoir en fonction de son capital culturel supposé. Les médecins informant, in fine, bien davantage ceux qu'ils estiment culturellement les plus élevés. Or les médecins se trompent parfois. J'ai vu des patients qui n'étaient pas du tout ce que le médecin croyait qu'ils étaient.

Y a-t-il une différence entre l'information donnée sur le diagnostic et celle relevant du pronostic ?

C'est une distinction très importante. Quand on parle aux médecins de désinformation ou de mensonges, certains vont réagir de façon épidermique, affirmant que l'on ne peut pas dire la vérité quand on ne la connaît pas. Ils mélangent ce qui est de l'ordre du diagnostic, qui est certain, et ce qui est de l'ordre du pronostic, qui, lui, peut être totalement imprévisible. S'appuyant alors sur cette incertitude, ils ne vont pas aborder la réalité du diagnostic. Or, très souvent, le patient est demandeur du diagnostic et non du pronostic.

Pour autant, employer le mot de mensonge n'est-il pas un peu fort ?

Quand une personne dit le contraire de ce qu'elle pense vrai, c'est un mensonge. Cela étant, dans la relation malade-médecin et en raisonnant en termes d'information et de mensonge, je vois qu'entre les deux il n'y a pas de différence de nature, mais plutôt de degré. Le mensonge est un palier de plus dans la désinformation. Exemple : il est de règle, aujourd'hui, d'affirmer que le patient est informé sur un diagnostic de cancer. D'abord, ce n'est pas tout à fait sûr. Ensuite, bien souvent si on va dire cancer, on ne va pas dire cancer métastasé. Le degré est là, dans le déplacement de la frontière. On va dire la maladie, rarement son aggravation. Toutefois, il y a une très grande hétérogénéité des pratiques. Et il y a des médecins qui parlent, informent, répondent. Pour autant, le mensonge reste ancré dans le noyau dur de cette relation.

Qu'en est-il de la question du mensonge du patient ?

Eh oui, le patient peut vouloir mentir. Parfois, il peut ne pas vouloir révéler un comportement ou une pratique qu'il suppose être contre-indiqué par son médecin, comme par exemple le recours à l'automédication ou à des médecines parallèles, etc. Il y a aussi le patient qui ne veut pas parler de ses symptômes, pour ne pas faire advenir un mauvais diagnostic. Comme si en mentant il empêchait une réalité de survenir.

Eric FAVEREAU - http://www.liberation.fr/

Retour en haut de page
En bref !
23/05/2011 + Vidéocapsules pour explorer le côlon - France
Des vidéocapsules pour explorer le côlon. Les vidéocapsules, utilisées depuis une dizaine d'années pour examiner l'intestin grêle, sont en train...
19/05/2011 + Cancer du colôn : L’aspirine n’a pas fini de nous surprendre !
Les chercheurs lui découvrent de nouvelles vertus à l'aspirine.
18/05/2011 + Cancer du côlon : une heure d’exercice par semaine pour réduire le risque
L'exercice physique pourrait contribuer à réduire les risques de cancer du côlon.
17/05/2011 + La vie de bureau doublerait le risque de cancer du côlon
Selon une étude australienne, la vie de bureau doublerait le risque de cancer du côlon
16/05/2011 + Maladie de Crohn - Une marche pour joindre l'utile à l'agréable - Saint-Hilaire-de-Lusignan - France
Une rendonnée dont les bénéfices seront versés à l'association François Aupetit
23/06/2007 - Le toucher rectal.
Parfois, lors d'une consultation, le médecin pratique un toucher rectal.
22/06/2007 - Alcool et maladies anales
La relation entre alcool et maladie anale est fréquemment évoquée tant dans le public que dans les milieux médicaux spécialisés.
21/06/2007 - Communiqué de Michel Dumont : Mobilisation ce soir à Bruxelles pour les infirmières bulgares.
Vous n'êtes pas sans savoir la situation des infirmières Bulgares et du Médecin Palestinien condamnés à la peine de mort en Libye accusés d'avoir...
22/01/2008 - France : Bientôt des médicaments en libre service dans les pharmacies
Ceux délivrables hors prescription pourront être vendus devant le comptoir, pour permettre aux clients de mieux comparer les prix.
20/06/2007 - Informatique et 4D réinventent les examens médicaux.
Un système informatisé mis au point par une faculté de médecine au Canada avec Sun Microsystems, présente 3.000 zones du corps humain pouvant être...
19/06/2007 - Les hôpitaux universitaires belges redoutent la fuite des cerveaux
Les médecins universitaires sont de plus en plus attirés par les salaires plus attractifs et les missions médicales moins complexes proposés par des...
18/06/2007 - Bientôt un Plan Cancer en Belgique ?
A l’instar de ce qui s’est mis en place en France depuis 2003, la Belgique souhaiterait-elle également instaurer un plan national de lutte contre le...
17/06/2007 - Espérance de vie et cancer : la Belgique obtient un très bon score
Notre pays peut se targuer d’enregistrer les meilleurs chiffres d’espérance de vie à court terme pour les cancers du gros intestin, du sein et de la...
16/06/2007 - La radiothérapie suspendue dans quatre hôpitaux après un dysfonctionnement
Le ministère de la santé a annoncé, lundi 11 juin, la suspension de l'activité de radiothérapie dans quatre centres hospitaliers universitaires à...
21/01/2008 - Opération du cancer de la prostate
La collection " Expliquez-moi, Docteur..." complète l'information donnée par votre médecin, en répondant simplement et clairement à vos...
15/06/2007 - La stomie et le cancer : Un groupe pour en parler.
Comme c’est le cas depuis plusieurs mois, le Stoma Ilco Bruxelles – Wallonie organise en collaboration avec le Fondation contre le Cancer un groupe...
14/06/2007 - Décès du docteur André Wynen.
Le docteur André Wynen, et ancien président de l'Association belge des Chambres syndicales des médecins est décédé ce dimanche à l'hôpital...
14/06/2007 - Hôpital St-Pierre en infraction sur la législation linguistique
Le Comité fixe de surveillance linguistique a déclaré deux nominations de cadres non-conformes à l'hôpital St-Pierre de Bruxelles.
13/06/2007 - Opérer les entrailles en passant par la bouche.
Imaginez une chirurgie qui puisse se pratiquer sans anesthésie générale et ne laisse aucune cicatrice visible.
12/06/2007 - Les moyens financiers du Fonds Amiante sont à présent définis.
Le Moniteur Belge a publié ces arrêtés royaux dans son édition du 29 mai dernier.
Retour en haut de page