«on va dire

«on va dire

Sylvie Faizang, anthropologue, a enquêté sur l'échange d'information entre patient et médecin, une relation qui reste basée sur le mensonge.

NetPilote création de site internet comité d'entreprise experts en sites dynamiques.

Accueil > Accueil > Actualités
vendredi 27 janvier 2023
Actualités Stoma Ilco

«On va dire la maladie, rarement son aggravation»

Samedi 28 octobre 2006

Sylvie Fainzang est anthropologue, directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Pendant quatre ans, elle a recueilli des témoignages de patients et de médecins, autour de la question de l'information.

Elle les a écoutés, ensemble ou séparément. Elle vient de publier un ouvrage sur la Relation médecins-malades : information et mensonge (1). Où elle montre combien le mensonge reste ancré au coeur de cette relation singulière.

Vous écrivez que le mensonge est une pratique omniprésente dans la relation médecin-malade. Rien n'aurait donc changé ?

Ce qui est clair, c'est que les malades sont un peu plus demandeurs d'information, qu'il y a eu la loi sur les droits de malades de 2002 qui impose au médecin d'informer le patient s'il le lui demande. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y ait plus de mensonges et que le patient soit complètement informé.

Le médecin ne reste-t-il pas sur une ligne défensive, en se contentant de répondre à une demande ?

Pour ne pas informer, beaucoup de médecins s'abritent derrière le fait que les patients ne leur demandent rien, ou ne veulent pas savoir. L'anthropologue que je suis ne peut pas s'arrêter à cet argument. Car ce type d'explication laisse de côté le fait que bien des patients n'osent rien demander à leur médecin, celui-ci restant dans une position d'autorité. Et puis la durée de la consultation est très courte, le patient n'a pas le temps de poser des questions.

Mais surtout, lors de mes entretiens, il est apparu que beaucoup de patients manifestent l'envie de savoir. Ils la manifestent en allant voir d'autres malades ou en demandant à leur médecin traitant. Le recours à l'Internet indique aussi clairement ce souci de savoir. Bref, il y a plein de signes qui montrent que l'absence de demande explicite ne peut justifier à elle seule l'attitude du médecin qui ne partage pas l'information.

Mais tous les patients sont-ils aptes à entendre ?

Voilà un argument délicat : comment le médecin juge-t-il de cette aptitude qu'aurait ou pas le patient ? Ce dont j'ai pu me rendre compte, c'est que beaucoup de médecins jugent de la volonté et de la capacité du patient à savoir en fonction de son capital culturel supposé. Les médecins informant, in fine, bien davantage ceux qu'ils estiment culturellement les plus élevés. Or les médecins se trompent parfois. J'ai vu des patients qui n'étaient pas du tout ce que le médecin croyait qu'ils étaient.

Y a-t-il une différence entre l'information donnée sur le diagnostic et celle relevant du pronostic ?

C'est une distinction très importante. Quand on parle aux médecins de désinformation ou de mensonges, certains vont réagir de façon épidermique, affirmant que l'on ne peut pas dire la vérité quand on ne la connaît pas. Ils mélangent ce qui est de l'ordre du diagnostic, qui est certain, et ce qui est de l'ordre du pronostic, qui, lui, peut être totalement imprévisible. S'appuyant alors sur cette incertitude, ils ne vont pas aborder la réalité du diagnostic. Or, très souvent, le patient est demandeur du diagnostic et non du pronostic.

Pour autant, employer le mot de mensonge n'est-il pas un peu fort ?

Quand une personne dit le contraire de ce qu'elle pense vrai, c'est un mensonge. Cela étant, dans la relation malade-médecin et en raisonnant en termes d'information et de mensonge, je vois qu'entre les deux il n'y a pas de différence de nature, mais plutôt de degré. Le mensonge est un palier de plus dans la désinformation. Exemple : il est de règle, aujourd'hui, d'affirmer que le patient est informé sur un diagnostic de cancer. D'abord, ce n'est pas tout à fait sûr. Ensuite, bien souvent si on va dire cancer, on ne va pas dire cancer métastasé. Le degré est là, dans le déplacement de la frontière. On va dire la maladie, rarement son aggravation. Toutefois, il y a une très grande hétérogénéité des pratiques. Et il y a des médecins qui parlent, informent, répondent. Pour autant, le mensonge reste ancré dans le noyau dur de cette relation.

Qu'en est-il de la question du mensonge du patient ?

Eh oui, le patient peut vouloir mentir. Parfois, il peut ne pas vouloir révéler un comportement ou une pratique qu'il suppose être contre-indiqué par son médecin, comme par exemple le recours à l'automédication ou à des médecines parallèles, etc. Il y a aussi le patient qui ne veut pas parler de ses symptômes, pour ne pas faire advenir un mauvais diagnostic. Comme si en mentant il empêchait une réalité de survenir.

Eric FAVEREAU - http://www.liberation.fr/

Retour en haut de page
En bref !
23/05/2011 + Vidéocapsules pour explorer le côlon - France
Des vidéocapsules pour explorer le côlon. Les vidéocapsules, utilisées depuis une dizaine d'années pour examiner l'intestin grêle, sont en train...
19/05/2011 + Cancer du colôn : L’aspirine n’a pas fini de nous surprendre !
Les chercheurs lui découvrent de nouvelles vertus à l'aspirine.
18/05/2011 + Cancer du côlon : une heure d’exercice par semaine pour réduire le risque
L'exercice physique pourrait contribuer à réduire les risques de cancer du côlon.
17/05/2011 + La vie de bureau doublerait le risque de cancer du côlon
Selon une étude australienne, la vie de bureau doublerait le risque de cancer du côlon
16/05/2011 + Maladie de Crohn - Une marche pour joindre l'utile à l'agréable - Saint-Hilaire-de-Lusignan - France
Une rendonnée dont les bénéfices seront versés à l'association François Aupetit
15/02/2009 - Euthanasie : La pratique doit être plus transparente
La mise en place de pratiques plus transparentes en matière d'euthanasie dans notre pays, comme c'est le cas aux Pays-Bas, rendrait la procédure plus...
14/02/2009 - Les chiffres du cancer en Belgique
Depuis décembre dernier, la Belgique dispose des chiffres complets de l’incidence du cancer pour la totalité de notre pays.
13/02/2009 - Evaluer un cancer de la prostate grâce à la sarcosine dans les urines
L'identification d'une molécule indicatrice de l'agressivité d'un cancer de la prostate pourrait déboucher sur un test urinaire.
12/02/2009 - Coûts hospitaliers: le choix du patient est déterminant
La loi offre une protection aux patients confrontés aux coûts hospitaliers mais, la liberté tarifaire subsistant, les choix qu'ils effectuent lors de...
10/02/2009 - KCE : La chirurgie robot-assistée ne doit pas être remboursée
Le Centre fédéral d'expertise des Soins de Santé (KCE) est d'avis que les opérations chirurgicales robot-assistées ne doivent pas être remboursées...
09/02/2009 - La pharmacie en ligne autorisée dès lundi
La vente sur internet de médicaments à usage humain non soumis à prescription médicale est autorisée dès ce lundi, date d'entrée en vigueur d'un...
07/02/2009 - Programme de dépistage du cancer colorectal à partir de mars
Le gouvernement de la Communauté française a adopté en première lecture jeudi l'arrêté fixant le protocole en matière de dépistage du cancer...
05/02/2009 - Cancer : un lien entre la lumière artificielle nocturne et le risque de cancer de la prostate
L’exposition la nuit à la lumière artificielle risque d’aggraver le risque du cancer de la prostate.
04/02/2009 - URILCO Paris : Crêpe party ce dimanche 8 février 2009
Comme tous les ans, URILCO Paris organise sa traditionnelle crêpe party ce dimanche 8 février 2009.
02/02/2009 - Exécution du volet social du plan de relance
Le Conseil des ministres a pris une série de mesures sociales dans le cadre du plan de relance et du budget 2009, ayant pour objectif de renforcer le...
01/02/2009 - INAMI sensibilise sur la prescription de médicaments
L’INAMI vise à sensibiliser les médecins quant à leur comportement en matière de prescription de médicaments.
31/01/2009 - "Coin intime" chez le pharmacien obligatoire dès 2012
Dès 2012, un "coin intime" devra être aménagé dans toutes les pharmacies.
30/01/2009 - Les pharmacies ne délivrent pas le médicament le moins cher
En cas de prescription en Dénomination commune internationale (DCI), seuls 12% des pharmaciens délivrent le médicament le moins cher.
29/01/2009 - Inauguration officielle du Grand Hôpital de Charleroi.
Le « Grand Hôpital de Charleroi » a inauguré officiellement mardi ses nouveaux locaux, dans le même temps où il célébrait le premier anniversaire de...
28/01/2009 - Commission Européenne : La mobilité des patients et l'évolution des soins de santé
L’existence de services de santé de qualité est une priorité aux yeux des citoyens européens1. Le droit aux soins est aussi reconnu dans la Charte...
Retour en haut de page